Les violences sont à l’origine de troubles psychotraumatique graves et fréquents

Les violences sont à l’origine de troubles psychotraumatique graves et fréquents, particulièrement lorsqu’il s’agit de violences intrafamiliales comme les violences conjugales (58% d’état de stress post-traumatique - Astin, 1995 - versus 24 % chez l’ensemble des victimes de traumatismes) et de violences sexuelles (80 % d’ état de stress post-traumatique en cas de viol - Breslau et al. 1991 - versus 24 % chez l’ensemble des victimes de traumatismes). Les troubles psychotraumatiques sont méconnus, rarement dépistés et traités (faute de formation spécifique initiale des professionnels de santé) alors qu’une prise en charge précoce est indispensable pour éviter des conséquences considérables sur la santé, sur la grossesse, avec un risque vital quadruple (un risque directement lié aux violences physiques : une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint, un risque suicidaire : 25 fois plus de tentatives de suicides chez les femmes victimes de violences conjugales - Enveff, 2000, un risque accru d’accidents mortels lié à des conduites à risque et des troubles de la vigilance, un risque de mort précoce lié aux conduites addictives et aux négligences graves en matière de prévention), et selon l’OMS une perte de 1 à 4 années de vie en bonne santé. Le coût médical annuel direct des violences conjugales a été estimé par le CRESGE en 2006 à près de 400 millions d’euros...

prévention Information Lecture conséquences

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site